Endométriose & Alimentation



L'endométriose est une maladie chronique de l'endomètre (tissu qui tapisse l'utérus) et qui touche 1 femme en âge de procréer sur 10. Le tissu endométrial migre hors de l'utérus et touche d'autres organes, créant ainsi une réponse inflammatoire et de nombreuses douleurs.

Le diagnostique de l'endométriose est un processus long et fastidieux. Mais le suivi et la prise en charge médicale sont indispensables pour ces femmes souvent en grande souffrance physique et psychologique.

En plus de cela, un suivi de naturopathie peut s'avérer très utile, et une alimentation adaptée s'impose également.


Aujourd'hui je vous présente 6 types d'aliments à éviter & 2 catégories d'aliments à favoriser dans l'accompagnement de votre endométriose.


Les fritures & plats industriels

Ils sont à bannir de manière général pour une alimentation saine, mais particulièrement dans le cas de l'endométriose puisqu'ils sont riches en acides gras trans, qui sont des précurseurs de l'inflammation. Ils aggraveraient donc l'inflammation déjà provoquée par la maladie.


Les viandes rouges & charcuteries

Ces aliments en plus d'être gras et salés (pour la charcuterie), augmentent le taux d'oestrogène dans l'organisme. Ce qui a pour effet d'accentuer le processus naturel de l'endométriose.


Le gluten

Chez certaines patientes, la réduction (ou l'élimination) du gluten a été favorable dans la lutte contre leur endométriose. Notamment chez celles, qui possèdent un terrain inflammatoire important. Vous pouvez déterminer votre niveau d'inflammation avec un professionnel de santé ou pendant un accompagnement diététique ou naturopathique. Chez d'autres patientes, l'éviction du gluten n'est pas nécessaire et peut même entraîner des carences en fibres et d'autres inconforts tout à fait évitables. Il faut donc prévoir de tester quelques semaines si l'alimentation sans gluten réduit considérablement l'inflammation, avant d'opter à tord pour ce régime très contraignant.


Les FODMAPs

Ce sont des glucides que l'on retrouve dans les blé, le chou, le chocolat, le lait d'origine animal, les confiseries ou le miel... Elles peuvent accentuer les symptômes de l'endométriose, surtout lorsqu'ils se rapprochent, ou s'ajoutent à un syndrome de l'intestin/ côlon irritable.